L’amertume de Monsieur Le Maire

Communiqué de l’Assemblée Citoyenne de Couches :

Dans le JSL du 11 octobre 2019, et sous la plume de Michel Juggery, Monsieur Emile Leconte, Maire de Couches informe la population locale de sa décision de ne pas se représenter aux prochaines municipales de 2020, car il considère qu’il est atteint par la limite d’âge et souhaite laisser la place aux jeunes. Après avoir récapitulé les principales actions de sa municipalité depuis six ans et souhaité d’être remplacé par une liste solide qui travaillera dans l’intérêt du village, il termine sur une note quelque peu “amère” en regrettant de voir ” s’installer une contestation systématique de la part de quelques personnes et des critiques totalement injustifiées“.

Cette phrase finale emporte de nombreuses interrogations. De quelle “contestation systématique” Monsieur le maire veut-il parler ? Qui sont ces “quelques” personnes ? Qu’est-ce, selon Monsieur le maire, qu’une critique “totalement” injustifiée. L’assemblée citoyenne considère que le devoir d’un premier magistrat est d’être clair dans ses déclarations après de ses administrés, surtout lorsqu’il porte des accusations envers certains citoyens et les opinions qu’ils émettent. Car il s’agit bien d’accusations, et pas de simples observations. En effet, le terme employé de “contestation systématique” sous-entend une volonté délibérée de nuire de la part de celui qui conteste et non pas une démarche de recherche d’un débat objectif. De plus, l’emploi du terme “critique injustifiée” signifie également que les personnes incriminées auraient délivré des critiques non argumentée, et pourquoi pas, assimilables à de la diffamation. A moins qu’il ne s’agisse de critiques ayant été accompagné d’argumentations face auxquelles des contre-argumentations auraient démontré leur faiblesse. Mais, dans ce cas, il ne s’agirait en fait, et tout simplement, que de l’exercice normal et salutaire de la démocratie. Autrement dit,  du bon déroulement du débat argumenté qui devrait s’établir régulièrement entre le pouvoir local et l’habitant de la cité, et qui serait de nature à renforcer la légitimité de toute décision finale. Dans une précédente communication, l’assemblée rappelait d’ailleurs que  “les désaccords sont les fruits mêmes de la vraie démocratie et que l’absence constante de désaccord dans un groupe décisionnaire est un signe inquiétant pour les citoyens.

Dans un souci de transparence et afin de se démarquer de l’opacité des déclarations de Monsieur le maire, l’Assemblée Citoyenne de Couches déclare se reconnaitre bien évidemment dans ces “quelques personnes” pointées par le premier magistrat, mais ne se reconnaît pas dans les intentions, ni les actes qui lui sont prêtés. En effet, l’ACL de Couches met au défi Monsieur le Maire de produire la preuve d’une contestation systématique et d’une seule critique injustifiée vis à vis de son action municipale. En effet, aucune des motions et résolutions de l’Assemblée Citoyenne qui ont été communiquées à la Municipalité ne comportaient de “critiques”. Ces motions relevaient toutes, soit de la catégorie des questions, soit de la catégorie des suggestions.

L’assemblée citoyenne regrette profondément ces déclarations de Monsieur le maire, et seul le fait qu’il n’ait pas cité nommément ces “quelques personnes” l’exonère de la diffamation, mais nous restons vigilants pour la suite.

Enfin pour de qui est du souhait de Monsieur le maire d’une liste (?) (faut-il plutôt comprendre “un futur conseil municipal” ?) solide et travaillant dans l’intérêt du village, l’ACL considère que la prise en compte  de la voix des habitants de la cité, tout au long des 6 ans à venir et pas seulement le jour de l’élection du 23 mars 2020 devra constituer l’un des piliers principaux du futur conseil municipal. L’ACL entend proposer à toutes les listes candidates d’inscrire solennellement cet engagement dans leur programme.

 

 

Ce contenu a été publié dans Assemblée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *