A propos de l’article de Philippe Galland du JSL sur l’Assemblée des Gilets Jaunes de Montceau-les-Mines

Bonjour Monsieur Philippe Galland,

Je voudrais vous faire part de ma réaction suite à la lecture de votre article reçu dans ma boîte courriel vendredi 28 Juin 2019. Si le corps de l article contient un aspect descriptif de l’organisation de l’Assemblée des Assemblées nationales  des Gilets Jaunes  qui s’est tenue à Montceau les 28 et 29 juin 0219, je considère que la conclusion de votre article est pour le moins tendancieuse. Car pourquoi citer Céline ?

Vous n’êtes pas sans savoir qui est cet écrivain connu pour son antisémitisme, son racisme, son soutien à la collaboration pétainiste et admirateur d Hitler. Alors, selon moi citer Céline revient insidieusement à renforcer l’idée que le mouvement des Gilets Jaunes serait intrinsèquement raciste et d’extrême droite… Ce qui est totalement faux évidemment, mais martelé depuis 7 mois en continu par les médias aux mains d une grande bourgeoisie affolée face à un mouvement qui révèle par ses actions une visibilité du : “On n en peut plus de ces injustices sociales, fiscales, de ce capitalisme financier débridé qui écrase les peuples, détruit la planète!

Je vous rappelle aussi les propos d’un ex-ministre qui appelait de ses voeux en janvier 2019 la police et l’armée à se servir de leurs armes une bonne fois contre les Gilets jaunes : “Ces espèces de nervis, ces espèces de salopards d extrême droite, d extrême gauche et des
quartiers qui viennent taper du policier, ça suffit! » La réalité a été renseignée par le journaliste David Dufresne avec allo@place_beauvau avec les derniers chiffres connus 2400 blessé.e.s, 1700 chez les forces de l ordre; 800 cas de signalements dont 60 dossiers traités par la justice aucune sanction.

La Cour de sécurité de l’Etat a confirmé l’usage disproportionné des armes contre les GJs. L’ONU, le conseil de l’Europe, le Parlement européen ont tiré la sonnette d’alarme au
gouvernement français, mais les LBD et GLI40 continuent à être utilisés en France contrairement aux autres pays d Europe. Pour rappel, et pour confirmer mon désaccord sur la citation de Céline en fin de votre article, je citerai les propos de Céline en 1940, écrivain que vous citez en référence : “Zone sud, zone peuplée de bâtards méditerranéens dégénères, de nervis fébriles gâteux, parasites arabique que la France aurait tout intérêt à jeter par dessus bord. Au dessous de Loire, rien que pourriture, fainéantise, infects métissages négrifies. ” Comment ne pas voir les liens entre les propos de cet ex-ministre qui parle des Gilets Jaunes et ceux de Céline, des termes de “racailles” prononcés en 2005 par un ex président aux jeunes de banlieues…

Je pourrais citer d’autres événements comme ceux du 17 octobre 1961 nommés “ratonnades d’octobre” ou ceux de Charonne du 8 février 1962. Symptomatiques propos de détestation d’une population qui relève la tête…préfigurant la légitimation d’actes de violences policières. Alors non, votre référence à Céline est décidément inappropriée pour parler des GJs sauf à venir vous joindre aux propos diffamatoires tenus depuis 7 mois par les médias détenues par la grande bourgeoisie affolée et haineuse devant ces réalités révélées au grand jour sur lesquelles elle voudrait imposer silence et déni!

Je vous invite à lire l’ouvrage “Sur la vague jaune, l’utopie d’un rond point” écrit par Bernard Floris et Luc Gwiazdzinski aux Editions Elya proposé au prix de 10euros à l AdA de Montceau les Mines. Il relate de façon très vivante de la diversité des publics GJ et de leurs motivations. En conclusion citer Camus aurait été un choix plus juste de la situation, en effet selon lui : ” Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde“. Et enfin, celle ci: ” La vérité est à construire, comme l’amour, comme l’intelligence. Rien n’est donné ni promis en effet, mais tout est promis à qui accepte d’entreprendre et de prendre des risques. C’est ce pari qu’il faut tenir à l’heure où nous sommes étouffés sous le mensonge, où nous sommes acculés contre le mur. Il faut le tenir avec tranquillité mais irrémédiablement et les portes s ouvriront.” Camus, dans Servitude de la haine.

Bien à vous,
Micheyle Marlier

Ce contenu a été publié dans Echos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *